candy bar

Faire une pendaison de crémaillère autour d’un petit concours Abracadacraft/DMC, est-ce que ça vous tente ?
Aujourd’hui, Nathalie joue les traiteurs créatifs en nous faisant goûter le nouveau fil Ribbon XXL de DMC…

dmcpouf1
fil Hooked Ribbon XXL de DMC, coloris écru et Bubble Gum

… et croyez-moi qu’un menu pareil ne peut que réveiller les papilles de la gourmande que je suis!
Pour mon premier test, j’ai voulu tirer profit de l’immense avantage de ce fil -combiner la légèreté à des aiguilles 10, mon rêve!!!-, en tricotant un énoOorme berlingot pour le séjour!

DMCpouf2
Berlingot de sol : modèle perso

Un petit côté régressif pour cet ouvrage, qui ne m’aura pris que quelques soirées à réaliser…

DMCPouf3
1 pelote bubble gum, 3 pelotes écru, 3 pelotes grises

Si j’ai bien insisté sur la touche girly-rose-de-princesse, c’est parce que j’espérais bien ne pas partager mon bonbon…

DMCPouf4

 

… mais un autre gourmand au sourire troué en a décidé autrement!

DMCPouf5
« Maman, arrête de me demander : non, je ne te le prêterai pas! »

Et sinon, ça vous dirait de repartir avec un doggy-bag de Ribbon XXL?
Abracadacraft vous propose de jouer sur son site pour gagner un des nombreux lots offerts par DMC, dont, entre autres, la gamme complète de pelotes… imaginez? un nuancier XXL: mon second rêve!!

Vous avez jusqu’au 23 mai midi pour participer : cliquez sur l’image dessous et amusez vous bien!

abra

Bienvenue dans mon petit bazar #new version

Les peintures sont encore fraîches, je n’ai pas fini de déballer les cartons de déco, mais l’essentiel est là pour vous accueillir dans mon nouveau chez moi!

monpetitbazar

Si les choses ont bien été faites - et avec deux informaticiens dans la famille, j’espère que ça marchera-, pour celles qui étaient déjà abonnées, la newsletter de mon petit bazar vous dirigera désormais ici.
Comme vous le voyez, pas de changement radical, mais, après plusieurs années en location, il était temps de grandir et d’avoir mon vrai chez moi : j’espère que vous vous y sentirez à votre aise!

A très vite dans mon nouveau bazar!

celle qui libère le côté charretier qui sommeille en elle

ou comment ce qui aurait dû tenir d’une simple promenade de santé s’est révélé être un véritable parcours du combattant à en perdre sa bienséance verbale…

Au départ tout allait bien : la cinquième ou sixième version d’un patron parfaitement connu -oui, j’ai oublié d’en montrer quelques unes-, une belle viscose au tombé parfait, la machine à coudre et la surjeteuse déjà équipées du fil qui convient…


patron de base: aime comme moelleux
tissu fin viscose noir : sacrés coupons

C’est rapidement que les complications sont arrivées: il a fallu commencer par corriger ces -bip- de boutonnières non seulement cousues à l’envers, mais aussi sur le mauvais pan du dos - voilà ce qui arrive quand on coud du noir la nuit!-.


modifications : empiècement épaule et dos en un seul morceau
ajout de fronces devant et dos
ajout de boutons sur le bas de la liquette comme sur mon -très- vieux mulpep

La machine qui avale une bonne partie de mon tissu et l’aiguille de la surjeteuse qui casse en plein milieu d’une bordure n’ont pas trop aidé à garder un vocabulaire politiquement correct …

Le meilleur a bien sûr été pour la fin: ce n’est qu’après avoir fièrement assemblé un biais de 5mm en guise d’ourlet -oh que c’était beau!- que j’ai réalisé que j’avais oublié d’essayer préalablement la tunique -d’autant qu’à la coupe, j’avais bien sûr eu la « bonne » idée de garder de la marge en bas, juste au cas où ! parfois, je me demande si on n’est pas plusieurs dans ma tête, à se mettre mutuellement des bâtons dans les roues!-

Bref, j’ai donc pu apprendre à mes dépends que, quand on pense avoir fini un ouvrage et qu’on se retrouve avec une liquette dont le dos arrive à hauteur de genoux, Gilles de la Tourette en personne toque à la porte de l’atelier …’ -bip bip de bip de biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip! c’est qu’il n’y va pas avec le dos de la cuillère, le Gillou!-

Mais, la petite voix derrière moi s’écriant « han… maman elle a dit -biiiiiiiiiiip-! » m’a permis de reprendre le contrôle, sortir les ciseaux et en finir définitivement avec ce top!-oui, car arrivé à un certain stade, on ne sort plus le découd-vite mais les ciseaux!-


un petit peu de couleur, tout de même! pochette sezane, bijoux shlomit ofir

Ouf! Fini les galères -enfin, la séance photo par un temps pourri a aussi été périlleuse au point de finir par un torticolis, mais passons!-


juste envie de remontrer le dos qui m’a tant fait suer et après, j’arrête!

…du moins jusqu’au prochain ouvrage, car, une fois la Tourette parti, Murphy veille toujours au grain!

#15-6114

15-6114
Non, ce n’est pas le nombre de mes encours tricots du moment -ceci dit, on s’en approche…-.
Ce ne sont pas les numéros gagnants du loto, que ce soit dans l’ordre ou dans le désordre -enfin, je dis ça, mais qui peut l’affirmer? rendez-vous donc au prochain tirage…-.
Ce ne sont pas non plus les chiffres que doivent inlassablement taper sur un clavier les rescapés d’un crash d’avion, perdus au milieu d’une île inconnue, sous peine de… ben… on ne sait pas trop en fait… -souvenez-vous… -

15-6114, c’est le code couleur Pantone de mon chouchou de la saison, déjà entrevu ici la semaine dernière: le fameux Hemlock!-oui, je sais, la couleur de l’été, c’est Radiant Orchid, mais le coup de foudre coloristique se moque bien de l’opinion publique…-

C’est simple : Hemlock, je l’aime… je veux le bijouter, le tricoter, le crocheter, et bien sûr, le coudre!


jupe piquée à la robe : aime comme mon petit bazar

Et quand on a la chance de tomber sur le tissu pile dans la couleur sur laquelle on a craqué, l’extase est à son comble!


Tissu « ma rivière de diamants », coloris menthe glacée (frère jumeau de Hemlock) : Motif Personnel

Alors, il suffit juste de ressortir un patron « mon petit bazar », d’y enlever le haut -toujours aucune pudeur- et quelques centimètres de largeur sur l’arrière…


effet de fausse superposition en bas
(on fera comme si c’était calculé, mais dans la vraie vie, c’est parce que je la trouvais trop courte!)

… pour se retrouver, ô bonheur suprême, avec LA jupe que je ne lâcherai pas de la saison…


j’utilise mon temps libre à faire des hipanabazar pour les copines, du coup, j’en suis réduite à m’offrir les vrais ! trop dur!!
surtout quand on est obligé de se rabattre sur une série limitée Ba&sh

… sans compter qu’Hemlock est quand même super sympa avec les gambettes pâlichonnes: quel gentleman, celui là!


il faudra que je pense à regarder s’il y a de l’hemlock, dans la fabrique à papillons

Bon, maintenant, j’enfile mon matériel de spéléo -jamais fait de spéléo de ma vie, mais on fera comme si…-, et je pars à la recherche de nouvelles matières premières : c’est que moi, j’ai envie de pouvoir hemlocker tout l’été!

 

va, va chercher bonheur #cocktail

C’est entre un cocktail vodka-fraise et un mojito-mangue que Marie a eu une subite envie d’un bracelet « hipanabazar »…

C’est aussi entre un cocktail vodka-fraise et un mojito-mangue que je suis incapable de dire non à une telle demande -c’est bon, Marie, pas besoin de faire tes yeux de chat-potté, tu l’auras ton bracelet !-…

Sans compter qu’avec l’arrivée du printemps, le soleil nous gratifie d’un peu de lumière après le boulot, permettant au métier à tisser de reprendre enfin du service, après presque 6 mois de total abandon!


bracelet façon « hipanetruc », matériel : Perles&Co

Pour coller aux couleurs Pantone de cet été, le choix a été vite fait : « sand », « hemlock » et « cayenne », soit exactement les coloris de la gamme « cocktail émaillé » de la destinataire -vous remarquerez que tout tourne encore autour d’un cocktail finement dosé…-


carte « cocktail-émaillé » : aime comme Marie

Bien évidemment, une fois face au résultat, il m’aura fallu faire preuve d’un énorme sens du sacrifice pour envoyer la manchette en cadeau -surtout qu’il était bien loin, le fameux mojito-mangue d’aide à la décision…-.


le comble de la classe? trouver la tablette de choc assortie au bracelet! -Jeff de Bruges-

Mais, il faut tout de même reconnaître que Marie le porte très bien et qu’il ne pouvait pas accessoiriser une autre fringue que son top « piña-colada » !


crédit photo : Marie
Top : des petits hauts

Alors, à quand le prochain cocktail pour la manchette suivante?

au coeur de mes nuits …

Lundi, j’ai rêvé que je me prélassais sur une plage de sable blanc devant une étendue d’eau d’un bleu merveilleusement turquoise -oui, je rêve en couleurs-
Mardi, c’est à New-York que j’ai passée ma nuit, éblouie par les lumières de Time Square…
Mercredi, mes songes m’ont amenée en plein coeur d’une montagne Corse, pour une jolie randonnée au milieu des arbres…

J’ai beau ne pas être psychologue, je crois que mon cerveau est en train d’essayer de me faire passer un message -tout en discrétion, au cas où je ne comprendrais pas !-

ça fait à peine une vingtaine de jours qu’il a repris, après une semaine complète de prélassage, qu’il voudrait déjà repartir en vacances??!!
Coudre un sac week-end m’a donc semblé être une bonne idée, pour lui donner de quoi patienter jusqu’aux prochaines -ahhh … le beau mois de mai et ses jours fériés!!!!-

J’avais justement un coupon coup de coeur parfait pour ce genre de projet:


tissu mini têtes de mort : France Duval

 

Pour la réalisation, j’ai suivi les explications du fameux tuto de Marie, en réduisant les dimensions de 30%. 


sac week-end : tuto Aime Comme Marie

Aucune difficulté particulière, si ce n’est l’assemblage des faces extérieures… Marie m’avait déconseillée d’utiliser une entoilage, car le sac doit rester souple pour être pratique.
Évidemment, je n’en ai fait qu’à ma tête et j’ai tout entoilé.
Évidemment, ma machine aussi n’en a fait qu’à sa tête, d’où quelques anicroches sur les coutures finales, mais, comme d’habitude -c’est à dire : avec beaucoup d’insistance-, nous avons fini par trouver un terrain d’entente pour finir l’ouvrage:


doublure en lin enduit doré, déniché par Marie

J’ai même pu offrir à mon nouveau sac, des petites étiquettes interchangeables…


chutes de tissus simplement thermocollées sur de la vlieseline
le collage sur canson à la colle blanche marche aussi très bien!

… comme ça, je pourrai choisir de voyager en France Duval, en Liberty ou en Atelier Brunette -et c’est aussi un bon moyen pour recaser, en quelques secondes, les chutes de tissus qui traînent!-:


décider de faire toutes les surpiqures en doré quand on a une machine à coudre caractérielle n’est pas une simple affaire!

Maintenant je me demande bien si, cette nuit, mes beaux rêves me feront voyager avec mon nouveau sac week-end au bout du bras…

 

 

tout ce qui se disperse finit un jour par se rassembler…

Tout ce qui se disperse finira bien un jour par se rassembler…

C’est ce que je me dis en ce moment, pour me rassurer, quand je regarde le nombre incalculable d’en-cours autour de moi - deux hipanabazar, une manchette brodée, un pull, un gilet, une baby blanket, et je n’ai pas eu le courage de compter les modèles découpés en attente d’être cousus-… D’autant qu’un petit voyage à Paris la semaine dernière n’a pas du tout, mais alors pas du tout, fait du bien à ma todo list…


tissu « ma rivière de diamants » : motif personnel
sublime viscose : anna ka bazaar
laines « sweater » spud&Chloe : Lil Weasel
Mouais… il n’y en a même pas le quart du tiers sur la photo…pfff… j’ai même honte de tout vous montrer!

Alors, de 2 choses l’une :
- soit je mets au point un nouveau concept de « vente d’en-cours » -qui n’en veut de mon superbe bas de comfort zone avec sa moitié de manche ? personne?!- mais cela voudrait dire que je dois faire une croix sur les réalisations que j’ai tant attendues.
- soit je me retrousse les manches, je m’active la pédale, je me démène du crochet et … je termine ce que j’ai commencé!! - en gros : j’applique ce que j’essaie d’inculquer depuis des années à mes enfants… en plus, donc, du fameux ‘fais ce que je dis, mais ne fais pas ce que je fais »-

Alors, ce week-end, c’est une petite minette en crochet qui attendait des bras depuis un petit moment qui a été l’élue de l’opération « terminons les en-cours « :


A gauche : Dirk le dragon, réalisé l’année dernière, qui m’a servi de retour d’expérience
A droite : une minette crochetée en coton Natura de chez DMC

Pour la réaliser, j’ai dû rassembler toutes mes connaissances en matière de doudou au crochet … étape très rapide car l’ensemble des connaissances en question tenaient dans la réalisation du dragon Dirk l’année dernière.
Il est donc lucide et honnête de dire que ma minette peut se résumer à un ensemble de boudins plus ou moins sphériques, calculés pour lui donner les proportions que je souhaitais -un ventre rebondi, une proportion corps/bras/jambes proches d’une poupée afin de pouvoir être habillée par la suite-


Papillons en liberty : Tout Silo

Certes, elle fait pâle figure comparée aux créations de certaines déesses en la matière et doit être gâvée de défauts que je suis incapable de voir, mais c’est la première que j’ai osée faire toute seule, et je l’aime bien telle qu’elle l’est -ah! l’amour aveugle d’une mère…-

 


A peine née, elle a déjà son trendy!

Ceci étant dit, « terminée » est un bien grand mot pour cette minette, à laquelle il manque encore pas mal de choses : de quoi se vêtir, quelques accessoires -un tuto, peut-être ?- et même un prénom

Mais, comme ça s’impatiente du côté des autres stand-by, je n’ai pas l’intention de me fixer des objectifs trop ambitieux, au risque de ne plus pouvoir venir trainer mon clavier ici avant le siècle prochain! Allez, hop : au suivant!

où il est question d’essentielles futilités

L’instant est grave, l’heure est à la prise de conscience…
Et oui, nous approchons de la date annuelle fatidique, celle de ma fameuse crise d’angoisse, durant laquelle je prends bien soin d’éplucher tous les comparatifs sur les sérums de jeunesse -enfin, plutôt de vieillesse, soyons réalistes- ou crèmes de camouflage -euh… je crois qu’on ne dit pas « camouflage », on dit « enlumineur »… c’est certainement plus vendeur-…

Pffff… c’est quand même un comble de vouloir perdre du temps -et surtout de l’argent!- à s’auto-défroisser, alors que, une fois derrière sa màc, on se rend compte qu’on est à la recherche du pli bien placé pour avoir une jolie robe trompe l’oeil …


robe, sur une base de « aime comme material girl« 
taille légèrement descendue, pli au niveau de taille pour un effet superposé

Il y a a quand même une certaine ironie à lutter contre les fronces aux coins des yeux, alors qu’on va rechercher exactement le même effet sur des emmanchures…


jersey gris anthracite : France Duval
(avec grosse prise de tête pour tout caser dans le coupon de 1m que j’avais en stock! merci à la grande largeur!!!)

Et en ce qui concerne le fait de s’appliquer à faire de jolies finitions pour des dessous de jupes, je ne ferai aucun commentaire…


finition de jupe : atelier brunette

… mais cette robe est exactement ce dont j’avais envie -donc besoin- en ce moment même!


avec le recul, je me rends compte que j’aurais dû faire toute la partie jupe en « atelier brunette », pour accentuer l’effet superposition…
bâââh, ce sera l’occasion d’en faire une autre!

Je vous rassure tout de suite : je sais maintenant, de ma longue expérience que cette fameuse crise du temps qui passe -appelons-la le « syndrome sharpei »- ne durera pas plus de deux semaines - à vrai dire, sera même sans doute vite oubliée à la première coupe de champagne-, et, après des heures passées à examiner les crèmes au rayon cosmétique, se conclura logiquement par le simple achat d’un nouveau verni à ongles…


et hop : la boucle est bouclée!

…histoire d’accompagner ma nouvelle robe, cousue pour accompagner ma nouvelle pochette, cousue pour accompagner ma nouvelle manchette… bref, la définition du cycle de la vie par une Material Girl!

 

les petits pois sont…

…noirs… ou comment réaliser qu’un marqueur textile peut devenir ton meilleur ami.

C’est pour accompagner une superbe manchette que je me suis récemment offerte, que j’ai eu une subite envie de pochette répondant aux trois critères suivants :
1- du gros coton bien solide pour la matière
2- un semis fin et irrégulier de petits pois pour le motif
3- une touche de doré pour adoucir l’ensemble


toile de coton : Ideatiss
manchette laiton/cuir: l’atelier 13

Mais impossible de trouver la matière première collant à mes attentes ! C’est là qu’intervient donc le fameux marqueur textile cité quelques lignes plus haut: il m’aura bien fallu une soirée à dessiner des petits points sur 2 rectangles de tissus - ça m’apprendra à utiliser un stylo marqueur en fin de vie!-tout cela sous l’oeil dubitatif de l’homme -la quête de l’accessoire parfait nécessite parfois de grands sacrifices, dont, souvent, celui de son amour propre-


cuir doré : poussière d’étoile
embout pour le pompon : perles&Co

Une fois cette étape fastidieuse passée -je vous rassure : après une nuit de repos, les yeux arrivent à s’en remettre-, 10 minutes derrière la màc plus tard, je l’avais, ma pochette quotidienne -étudiée pour contenir un téléphone, 2 badges, la monnaie de la machine à café et les clefs du bureau, autant dire qu’elle ne me quitte pas d’une semelle!-


fine et rigide : parfaite pour rentrer dans ce qui me sert de sac, à savoir, une pochette à peine plus grande!

 

Pour la prochaine, la mise à contribution de la progéniture a déjà été programmée: dessiner des petits pois sur du tissu, ça occupe bien son mercredi, et pour une fois, maman ne râle pas quand on écrit sur autre chose que du papier!

Maintenant, il ne me reste plus qu’à photographier la robe cousue pour accompagner la pochette cousue pour accompagner la manchette, et la boucle sera bouclée!

M comme Meggings

C’est le sujet du moment : les sewing-tests pour la nouvelle collection jersey de Marie… ou comment, cette fois-ci, donner une nouvelle claque à mes idées reçues, en m’essayant au « Love like Leggings » -ah! vous aussi vous trouvez qu’il y a triche sur le nom ??!! -.

Franchement, je vous avoue que, si ça n’avait pas été pour un test, je n’aurais jamais eu l’idée de coudre un tel modèle pour moi : j’ai toujours pensé que les leggings étaient réservés aux petites filles exemplaires ne s’adonnant pas au fameux concours de dérapage sur les genoux à l’heure de la récré- autant dire que mes p’tits gars n’entrent pas dans cette catégorie-, ou les grandes brindilles des magazines de mode qui prétendent engloutir des pots de nutella à leur quatre heure sans prendre un seul gramme, oh pôvre bichette! -je me suis toujours posé la question : photoshop ou ver solitaire?-


plateau Aime comme Marie
Carte « Selon les pointillés »

Mais après avoir réalisé le premier exemplaire du « Love Like Leggings » -à l’heure actuelle dans la machine à laver suite à un port intensif-, il m’a semblé évident que:
a-  je pouvais parfaitement assumer le port du legging -à condition d’avoir quelque chose pour camouffler les hanches, les miennes ne sortant pas indemnes du triple combat Noël/Galettes/Chandeleur-


nous voilà, moi et mon Aime comme Meggings… euh mon Love like Leggings

b- il m’en fallait absolument un second -cf l’endroit où se trouve actuellement le premier exemplaire-


jersey « Léger comme une plume » gris : Motif Personnel
il faut vraiment un tissu bien extensible pour ce modèle -enfin, en tout cas en ce qui me concerne-

c- euh… pas de petit « c » pour l’instant car je cherche un jean ou tissu noir strechs parfaits pour le number 3, justement! -des idées ??-


non seulement il va bien avec mon dernier moelleux, mais en plus, il se fond dans mon paysage: what else?

Enfin, bien que n’entrant pas dans la catégorie « petite fille modèle », Gaspar a quand même eu droit lui aussi à son legging, version nuit: en prenant 2 tailles au dessus, le legging se transforme en jogging ou pyj pour garçon, magique autant que pratique, sachant que ces petites bêtes là passent toute leur énergie à grandir ou trouer leurs affaires…
Coudre un legging pour un garçon? une deuxième claque aux idées reçues pour le prix d’une: pour des baffes pareilles, moi, je tends l’autre joue sans aucun problème! 

1 2 3 4 5 6 60